Booking Hôtel MadagascarBooking Hôtel Madagascar

Êtes-vous déjà membre?

Booking Hôtel MadagascarBooking Hôtel Madagascar
Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte?

Infos générales Madagascar

Revolution Slider Error: Slider with alias regie-pub not found.
Maybe you mean: 'pub-1' or 'pub-5' or 'pub-4' or 'pub-2' or 'pub-3' or 'pub-restaurant'

Surnommée l‘île rouge pour la couleur de sa terre, Madagascar attire depuis toujours les amoureux d’Afrique et d’aventures. Riche d’une extrême diversité de paysages et de populations, cette île, séparée de l’Afrique par l’océan Indien, s’étire sur 1 580 km du nord au sud et est traversée par une chaîne de montagnes.

Cette variété de reliefs et donc de climats a engendré une faune et une flore endémique de l’île. Pour visiter l’île, un voyage ne suffit pas et la circulation difficile engendre des temps de trajets longs. Les différents attraits de l’île sont donc assez éloignés mais chaque partie de l’île possède ses richesses naturelles et culturelles, sans compter l’accueil chaleureux de la population qui représente un véritable atout de la destination. Rares seront les touristes qui ne trouveront pas leur bonheur sur l’île, mais ce sont les amoureux de nature et d’aventure qui verront en elle leur paradis.

Les amateurs de farniente se dirigeront plus au Nord, sur l’île de Nosy Be ou à l’Est sur l’île de Sainte Marie, connues pour leurs complexes hôteliers haut de gamme et leurs plages paradisiaques.

Infos Générales

Oui, un visa est obligatoire pour voyager à Madagascar. Ce visa peut être obtenu à votre arrivée à l’aéroport à Madagascar. A titre indicatif, il existe plusieurs types de visas touristiques :

– Un visa valable pour un séjour d’une durée inférieure ou égale à un mois vous reviendra à 31 euros.
– Un visa valable pour un séjour d’une durée supérieure à un mois et inférieure ou égale à deux mois. Il vous en coûtera 39 euros pour l’obtenir.
– Un visa valable pour un voyage d’une durée supérieure à deux mois et inférieure ou égale à trois mois qui vous 54 euros.
– Avant le départ, pensez à vérifier la date de validité de votre passeport : il doit être valable au moins 6 mois après votre retour.

Autre détail, les autorités peuvent vous demander de justifier d’un titre de transport aller/retour ou de continuation lors de votre entrée sur le territoire.

Les informations ci-dessus sont mises à jour régulièrement, cependant, nous vous conseillons de vous rapprocher de l’Ambassade de Madagascar de votre pays afin d’obtenir les informations les plus récentes sur les conditions de séjour à Madagascar.

La monnaie nationale est l’ariary (Ar) depuis 2005. Il remplace le franc malgache(Fmg) et a quelques peines à être imposé. C’est pour cette raison que vous trouverez parfois des prix affichés en francs malgaches.

A titre indicatif, car le taux peut beaucoup varier, 1 € = 3400 Ar environ et 1 AR = 5 Fmg… à vous de faire les calculs une fois sur place.

Vous pouvez changer des euros avant votre départ ou directement sur place en revanche, vous ne pourrez pas échanger vos ariary en euros ailleurs qu’à Tananarive.

Il existe à Madagascar un marché noir où les amateurs peuvent échanger leurs devises étrangères à un taux défiant toute concurrence. Naturellement, nous ne vous le conseillons pas. Vous risqueriez de vous exposer à quelques ennuis et de vous retrouver avec quelques coupures de fausse monnaie.

Pour le retour, sachez qu’il est formellement interdit de quitter le territoire avec plus de 400000 Ar et qu’officiellement, il est uniquement possible de changer des ariary en euros à Antananarivo.

Petit conseil pratique pour la vie de tous les jours, autant que faire se peut, essayez d’avoir sur vous des petites et très petites coupures. En payant une course de taxi ou une consommation dans un bar avec une grosse coupure, en ville ou en brousse, il est fort possible qu’on ne puisse pas vous rendre votre monnaie.

Madagascar se visite tout au long de l’année cependant la saison sèche est la période idéale pour y voyager. Elle s’étend de mai à début novembre et le meilleur moment pour se rendre à Madagascar se situe entre septembre et octobre, juste après la « haute saison ».

Si on pouvait vous déconseiller une période, ce serait entre mi-janvier et fin février. C’est la saison cyclonique donc pas la plus adaptée pour profiter des merveilles de Madagascar.

Mais Madagascar est une grande île, on l’appelle même la Grande Île, et il y a toujours un endroit où la saison est favorable pour un séjour. Nous saurons vous donner le bon conseil.

Dans les Parcs Nationaux et réserves, qu’ils soient administrés par l’ANGAP (Association nationale pour la gestion des aires protégées) ou pas, l’accompagnement par un guide local est obligatoire.

Les guides ont des spécialités et des statuts différents. A vous de faire votre choix, souvent au feeling une fois sur place… une chose est sûre, les guides vous aideront à enrichir votre expérience dans les Parcs Nationaux et réserves. Remarquer un petit détail, identifier les traces, mettre un nom sur une plante que vous ne connaissez pas : c’est leur métier et leur passion.

Les infrastructures de télécommunication sont en voie d’amélioration.

Le nombre de cybercafés est en très nette augmentation dans les villes importantes (Antananarivo, Fianarantsoa, Tuléar, Diego Suarez, etc.).

Le réseau mobile couvre tout ou presque Madagascar, surtout lorsqu’il s’agit des grandes villes. Avant le départ, mieux vaut vous renseigner auprès de votre opérateur pour les tarifications qui peuvent s’appliquer pour des communications passées depuis l’étranger.

Vous pourrez tout à fait utiliser votre GPS à Madagascar. Très utile pour les autotours que nous vous proposons.

Bonne surprise, la cuisine malgache peut se révéler plus variée et étonnante que prévu.

Les repas se composent avant tout de riz, qui servit à chaque repas constitue la base de l’alimentation (un peu comme le pain des français). Il est généralement accompagné de romazava (bouillon parfumé à base de viande), de brèdes (feuilles vertes de plantes potagères mijotées) ou de ravitoto (ragoût de viande de porc et feuilles de manioc pilées) qui peuvent être considérés comme les plats nationaux de Madagascar.

Au rang des spécialités, vous trouverez également quantité de poissons et fruits de mer, notamment aux abords des côtes. Crevettes, calamars, crabes, langoustes, cigales de mer, moules, oursins et même huîtres seront au rendez-vous.

Les fruits frais ne sont pas en reste et sont délicieux. En fonction des saisons, vous pourrez déguster sans modération kumquats, ananas, mangues, litchis, goyaves, grenadelles (ou fruits de la passion), corossols et autres kakis pour une bonne cure de vitamines.

La vanille, autre spécialité locale, est largement utilisée en cuisine. Ne manquez pas de goûter un plat de viande ou de poisson parfumé à la vanille. Sous les latitudes européennes, la vanille est majoritairement associée à des saveurs sucrées alors que sur notre île, on la cuisine à toutes les sauces.

La cuisine de la rue vaut le détour : variétés impressionnantes de riz, brochettes, beignets, manioc grillé et autres galettes vous permettront de découvrir encore de nouvelles saveurs typiquement malgaches.

Pour les amateurs de bons crus, Madagascar produit des vins originaux et intéressants notamment dans la région de Fianarantsoa. Vous trouverez des vins rouges, blancs, rosés ou gris. Tous ne sont pas excellents mais vous pourriez avoir une bonne surprise au détour d’une bouteille. Nos recommandations vont vers le lazan’ny betsileo, le clos malaza ou encore le manamisoa.

Les spécialités de l’artisanat malgache sont très diverses et locales… à tel point que si vous faites une trouvaille dans une ville ou un village, vous n’aurez pas l’assurance de retrouver la même chose ailleurs au cours de votre voyage, mis à part peut-être à Antananarivo.

L’artisanat du bois est élevé au rang d’art dans la ville d’Ambositra ; les bijoux en argent sont la spécialité des Antandroys du Sud ; à Nosy Be, ce sont les broderies qui sont particulièrement belles et réputées ; le papier antemoro, fabriqué originellement par la tribu du même nom à partir d’écorces d’havoa, est la spécialité d’Ambalavao au sud de Fianarantsoa ; la rabane, fabriquée à partir de fils de raphia lavés, teintés, redécoupés en fils très fins et enfin tissés sur un métier manuel, est plus belle à Ambositra bien qu’on en trouve aussi à Antananarivo.

Le souvenir d’un voyage à Madagascar ne serait pas tout à fait le même sans quelques gousses de vanille provenant de la côté du même nom. De préférence, veillez à choisir des gousses bien noires (et pas brunes ou tâchées de blanc), longues, ayant un aspect « gras » et assez souples pour pouvoir être pliées.

Dans tous les cas, on ne peut que vous conseiller de déambuler à travers les marchés malgaches. C’est le moyen de faire de belles rencontres, de belles découvertes et de bonnes affaires à coup sûr !

Le réseau routier malgache évolue d’année en année même si de nombreuses améliorations restent encore à apporter. Les axes principaux de la Grande Île sont goudronnés (Tana – Tuléar, Tana – Morondava, Tana – Diego Suarez et Tana – Tamatave). Vous emprunterez également des pistes pour découvrir Madagascar. On y roule plus lentement que sur les routes goudronnées mais ce n’est pas plus mal pour apprécier la beauté des paysages et s’en imprégner.

C’est en raison de l’état des routes qu’à Madagascar les distances s’apprécient plus souvent en nombre d’heures qu’en nombre de kilomètres.

Pour palier aux faiblesses du réseau routier, les vols intérieurs constituent souvent une bonne alternative et un gain de temps non négligeable pour les voyageurs les plus pressés.

Laissez-vous tenter par un autotour à Madagascar et consultez nos informations relatives à la location de voiture à Madagascar

Aucun vaccin n’est obligatoire pour les voyageurs en provenance directe d’Europe. Toutefois, être à jour dans ses vaccins est fortement recommandé. Mieux vaut prévenir que guérir alors prenez les précautions nécessaires avant votre départ : diphtérie, tétanos, poliomyélite, hépatites A et B, coqueluche, typhoïde pour les voyages plus longs et surtout pour les enfants et rage en cas de séjour prolongé en brousse.

Par ailleurs, le paludisme est très présent à Madagascar et l’ensemble de l’île est classé en zone 2. Un traitement antipaludique s’impose et quelques règles simples de prévention sont à observer pour plus de sécurité :

– En soirée, porter des vêtements couvrants et si possible traités
– Sur les parties qui ne seraient pas couvertes par les vêtements, appliquer lotions et crèmes répulsives efficaces toutes les 4 heures
– La nuit, se protéger à l’aide d’une moustiquaire imprégnée

 

Source  https://madagascar-sur-mesure.com/