• FrançaisEnglishItalianoDeutsch

Antananarivo

Histoire

Antananarivo, signification malagasy de « village des mille » est la capitale administrative de Madagascar. Localisée au cœur-même de la Grande île, elle est une des destinations incontournables lors d’un séjour dans cette plus grande île de l’Océan Indien. La ville regorge de vestiges de l’époque coloniale française en plus de nombreux monuments royaux, Antananarivo ayant été le lieu de résidence de ses principaux rois et reines. Aujourd’hui, elle est la source de toutes les décisions politiques du pays. Antananarivo se trouve sur l’une des douze collines de l’Imerina. L’histoire et les traditions de ses habitants en ont conçu un plan urbain depuis le sommet, au niveau de la haute ville se trouvant à une altitude de 1245 m pour s’étendre vers les zones basses et vers les périphéries du centre-ville.

Informations

  • Pays: Madagascar
  • Ville: Antananarivo
  • Population: 2.2 millions
  • Surface:33.98 km²
  • Heure locale: +1H
  • Monnaie: Mga
  • Langue: Français & Malgache
  • Office du tourisme Antananarivo:
  • Adresse: Imm. Ifanomezantsoa,
  • Escalier Ranavalona Antaninarenina,
  • 101 Antananarivo
  • Tel : 020 22 270 51/ 020 24 304 84 /
  • 034 20 270 51 (Office Antaninarenina)
  • Email: de@ortana.mg
  • Site :www.tourisme-antananarivo.com

A découvrir

La ville haute, le vestige de l’époque royale

Afin de se protéger de l’ennemi, les premiers Malagasy construisent leurs habitations en hauteur. Pour le chef de la monarchie d’antan, cet emplacement est le lieu idéal pour faire construire son palais, le palais de la Reine, encore appelée « Rova ». Il s’agit d’un véritable complexe d’habitations et de loisirs appelé « Manjakamiadana » spécialement conçu pour les rois et reines qui se sont succédé dans l’Imerina. Les tombeaux ancestraux complètent le site et leur histoire est paisiblement conté par ses guides, à l’affut et toujours disponibles. À ses alentours, la visite sera dirigée vers la cathédrale d’Andohalo, un exemple de la richesse architecturale de la ville.

À la découverte de la richesse naturelle du pays

Pour ceux qui apprécient les randonnées en pleine nature, la ville dispose du parc zoologique et botanique de Tsimbazaza, un endroit qui renferme une partie des richesses florales et faunistique de la Grande île. Ses animaux endémiques dont les lémuriens y sont représentés par quelques espèces. Le fameux « fossa », cette petite bête propre à Madagascar est présente sur les lieux pour surprendre furtivement les visiteurs du parc.

La découverte de ses marchés en plein air

Pour plonger quelques instants dans la vie quotidienne des Tananariviens, il convient de faire un tour dans ses marchés à ciel ouvert. Tous les mercredis à Andravoahangy, tous les jeudis à Mahamasina ou encore tous les week-ends sur la place d’Analakely, denrées alimentaires et articles vestimentaires sont étalés par milliers sur les étales des commerçants et échangés au rythme des marchandages, un procédé inséparable des vendeurs et acheteurs Malagasy. Avant de quitter la ville, les boutiques de souvenirs d’Antananarivo permettent de découvrir l’« art malagasy » sous toutes ses formes. L’un des plus importants est celui d’Andohalo à quelques pas de la cathédrale. Un séjour dans la capitale Malagasy nécessite plusieurs jours si l’on désire en découvrir les multiples facettes

Les lieux incontournables de la ville

Un séjour dans la ville de Tananarive, dénomination franchisée d’Antananarivo, ne saurait se passer d’une promenade autour du lac Anosy. Il s’agit d’un lac artificiel dont la forme, vue des zones hautes de la ville renvoie à celle d’un cœur. Au niveau de sa pointe interne est érigée une statue représentant un ange. À l’origine appelée « Anjely mainty », « Ange noir » en français, par les Tananariviens, du fait de sa couleur noire, la statue est rénovée pour prendre la couleur blanche du personnage qu’elle incarne. Elle a été construite en mémoire des combattants de la Première Guerre Mondiale. Sur les contours de ce bassin d’eau sont plantés plusieurs jacarandas qui, lors de leur floraison offre un spectacle inédit propice à être représenté sur les plus belles cartes postales de la Grande île.

A Visiter

Les marchés artisanaux d’Antananarivo

La capitale d’Antananarivo est réputée pour ses marchés d’artisanat.
En pratique, il en existe 3, ayant chacun ses particularités.

– Le marché d’Andravoahangy
– Le marché du coum
– Le marché de la route Digue

Le marché de la route Digue est relativement récent, ce marché a vu le jour sous l’impulsion d’artisans qui ne trouvaient pas de place à Andravoahangy.
Ce marché se situe sur la route de l’aéroport, à mi-chemin entre l’hôtel Niaouly et l’aéroport d’Ivato.
Ce marché, purement artisanal et destiné aux touristes borde une route goudronnée, exempt de circulation sur laquelle vous pourrez flâner en toute sérennité.
Personnellement, s’il faut reconnaître qu’il est agréable de se promener dans ce marché, je reproche le manque d’âme de ce dernier, mais surtout les prix « spécial touristes » qui y sont pratiqués, et la qualité des produits qui peut parfois être à redire!

Avaradrova, le Palais de justice royal

Ce Palais de Justice doté de 16 colonnes néoclassiques se dresse à l’emplacement d’une pierre, la pierre des Rafandrana, où les premiers rois Merina rendaient justice. Il est situé dans l’enceinte du Rova de Tananarive (tandis que le Palais du Premier Ministre précité est bien entendu situé en dehors de l’enceinte du Rova).

Palais Andafiavaratra, Palais du Premier Ministre Rainilaiarivony

A une courte distance du Rova de Tananarive, un peu plus bas que ce dernier, se dresse la somptueuse demeure du premier ministre malgache Rainilaiarivony (1828 – 1896), lequel faisait partie des Hova.

Les Hova étaient une classe sociale hétérogène constituée d’hommes libres et qui occupait un rang intermédiaire entre les Andriana (nobles membres des familles royales) et la caste des Mainty (serviteurs et soldats royaux), les autres castes étant formées par les esclaves affranchis et par les esclaves. Au fil du temps, les Hova prirent une part croissante dans la gestion du pays.

Rainilaiarivony remplaça son frère ainé, qui avait été à l’origine de l’assasinat du roi Radama II en 1863, d’abord comme chef de l’armée, puis comme premier ministre du pays.

Rainilaiarivony épousa successivement les reines Rasoherina, Ranavalona II et Ranavalona III. Il devint le véritable homme fort du pays durant une grande partie de la seconde moitié du 19ème siècle, le pouvoir de la Reine devenant plus formel que réel. Il mit en oeuvre d’importantes réformes juridiques, renforça les structures administratives et tenta de préserver l’indépendance de Madagascar, sans pouvoir empêcher la mainmise militaire de la France sur la Grande Ile dans les années 1895-97.

Rainilaiarivony n’eut pas d’enfant de ses épouses royales, mais eut une nombreuse descendance d’une femme, épousée précédemment et reléguée ensuite au rang de deuxième épouse. Le jour de ses noces avec Ranavalona II fut l’occasion d’un baptême public au christianisme, faisant du protestantisme la religion officielle de Madagascar. Les talismans royaux, tellement vénérés jusqu’alors par la dynastie Merina, furent détruits et remplaçés par la Bible.

Dans ses hautes fonctions, Rainilaiarivony amassa une immense fortune et fit bâtir le somptueux Palais Andafiavaratra, proche du Rova d’Antananarivo, par l’architecte anglais William Pool en 1873. C’est une imposante construction de brique et de pierre, coiffée d’un dôme de verre.

Ce palais est situé à l’emplacement où son père Rahiniharo, déjà premier ministre, avait établi un magnifique palais en bois de deux étages qui constituait déjà en quelque sorte le pendant du Palais de la Reine, 200 mètres plus haut, l’un dominant l’autre, par respect de la souveraine.

Rainilaiarivony fut démis de ses fonctions en 1895 par les Français, qui s’étaient emparés du pays, et envoyé en exil à Alger l’année suivante où il mourut un peu plus tard.

Le « Palais du Premier Ministre » connut ensuite diverses affectations tantôt militaires tantôt administratives ou académiques. A deux reprises, il fut le théâtre des grands procès politiques malgaches: en 1916, l’Affaire de la V.V.S. et en 1948, celle du M.D.R.M. Après l’indépendance de Madagascar en 1960, le palais abrita temporairement les services de la Présidence, puis du premier ministre malgache. Ravagé par un incendie en 1975, il a été restauré ensuite.

Aujourd’hui, le Palais du Premier Ministre Rainilaiarivony est un musée qui abrite les objets, images et mobiliers qui ont pu être sauvés de l’incendie du Rova d’Antananarivo en 1995. Son architecture a souvent été critiquée particulièrement par l’architecte Jully. Mais, le Palais reste le symbole de la puissance Hova dans l’histoire du pays.

Le Rova

Le Rova est le palais de la Reine. Partiellement détruit par un incendie, cette imposante batisse se trouve au sommet d’une colline. La balade est agréable, ne serait-ce que pour le point de vue sur la ville d’Antananarivo.

Campagne de Tananarive

Il ne faut pas hésiter à rester quelques jours à Antananarivo, notamment pour aller pic-niquer dans la campagne environnante. Les douces collines, les rizières, la lumière, les maisons si particulières, … l’ambiance est entre l’Asie, l’Afrique et même la Bretagne ! A ne pas manquer !

Les marchés en une demi-journée

Le marché de la digue et Lisy boutique présentent toute la richesse de l’artisanat malgache. Couverts à salade en corne de zébu et bois de palissandre, paniers de raphia, jeux de solitaire en bois et pierres semi précieuses de Madagascar.

Lemur’s Park en une demi-journée

Un parc botanique de 5 ha où 6 espèces de lémuriens diurnes et 3 nocturnes vivent en liberté.

Ajoutez votre établissement

300+ Hôtels, Gîtes, Maisons d’hôtes !

Chargement des cartes
Voir
Normale Minuit Famille Fest Open dark Bord de l’eau Ozan
Ma position Plein-écran